L 'enseignement dans la paroisse

 

Au bourg il y a une école double tenue par un instituteur et une institutrice qui sont loin d’avoir bon esprit : c’est le mari et la femme , ils sont là depuis 23 ans et en imposent à presque toutes les familles de la paroisse ( Justin Angelvy et son épouse Anne Antraygues de 1897 ? à 1920 ? )

A Moissac l’école est mixte tenue par une institutrice un peu moins mauvaise que les pédagogues du Bourg.

On y enseigne l’histoire de France de Calvet qui vient d’être remplacée par l’histoire de France de Blanchet.

Bernard Fageolle en 1842

Antoine Chalvignac en 1845 , 26 ans en 1850

Jacques Bos 22 ans en 1851

Joseph BENECH 32 ans1858 à 1871 et Casse institutrice 1870-1871

Clayzac institutrice à Moissac 1870-1871

Jean ROUCHERY instituteur communal de 1875 27 ans à 1879

Baptiste GUILHEM instituteur adjoint 24 ans en 1879

Joseph VERNET de 1880 à 49 ans en 1882

Noel FOURNIER 24 ans en 1885

Sylvain FAU 26 ans en 1888

Justin ANGELVY et Anne Antraygues son épouse de 1897 à 1920 57 ans

Marie DELMAS de 1952 à 1961 à Moissac

Mme COUSSIN de 1961 à

Les faits divers

Glanes sur les registres paroissiaux de la commune

 

23 novembre 1783 – L’an 1783 et le 23 du mois de novembre à l’absence du Sr curé j’ay enseveli le cadavre d’un homme âgé d’environ 45 ans qui venant de boire à un cabaret de la paroisse de Teissieres les Boulies , au village ou hameau appellé Alfau eût le malheur de se trouver avec un scélérat qui après avoir bu ensemble l’assassina avant d’arriver à un ruisseau appellé de Maurs ou il le traîna après l’avoir assomé de coups de bâton sur la tête . Le vicaire de Teissieres trouva ce cadavre étant à la pésche avec le nommé REYGASSE père ou fils ; en conséquence Mr VIGIER prieur curé de Teissieres écrivit une lettre à Mr de SISTRIERES lieutenant général au siége dappeaux à Vic qui envoya un nommé CAVAROC chirurgien habitué audit Vic pour faire le rapport de tous les mauvais et violents traitements de ce cadavre , Mr de SISTRIERES commit Mr BO avocat au Mur de Barrés, et Mr ANGELVY aussi avocat du lieu de Roussy . Le dit Sr CAVAROC se rendit chez le prieur de Teissieres , et ce dernier par sa sollicitation présomptive qui reste sans réplique auprés dudit CAVAROC ; ce chirurgien fit traîner ce cadavre de son authorité dans un pré appartenant à Pierre DELRIEU dit Gourdat du village de Moissac paroisse de la Brousse , et envoya un exprés audit DELRIEU de venir le chercher et le porter au cimetiere de la paroisse ou il le visiteroit , et écrivit une lettre au curé de la Brousse de l’enterrer , si non il alloit dresser un procés verbal de refus ; cette lettre fut lue publiquement devant Mrs les commissaires et toute l’assemblée ; mais ces Mrs étant arrivés , il n’y eut pas moyen de voir venir le Sr CAVAROC , de sorte que ces Mrs commis de la part de Mr le liutenant général , furent obligés d’envoyer chercher un chirurgien au Mur de Barrés , et ce fut le Sr FALGERES chirurgien qui fit le rapport des coups qu’avoit reçu le cadavre , et cela au défaut dudit CAVAROC qui s’étant érigé en juge , chirurgien , et huissier tout ensemble , n’osa plus comparoitre , Mrs les commissaires jugérent à propos de faire transporter encore ce cadavre du cimetiere au village de Prats , ce fut après la visite , rapporté encore au cimetiere de la Brousse pour en faire l’enterrement ; le Sr TOURDES cy devant curé , à l’absence de son neveu aujourdhuy à sa place , ne voulut point l’enterrer sans une ordonnance qu’il reçut le lendemain du Sr ANGELVY et honora tout de suite ce cadavre de la sépulture éclésiastique . Fait le dit jour et an que de l’autre part signé : TOURDES ancien curé

 

11février 1785 – Jean MORZIERES maître tailleur époux de Catherine FARGES habitant de Combret s’étant égaré de chemin par les grandes neiges fut trouvé mort dans le pré de Planes Combes de la dépendance du village de Drulhes ; mort par le grand froid ou peut être d’apoplexie

20 juin 1835 – Déclaration de naissance à la mairie de Labrousse

A comparu Jeanne DEGOUL épouse GARDES du lieu de Lestrade a déclaré que vers les 5 heures du matin est né chez elle un enfant du sexe masculin qu’elle m’a présenté comme enfant naturel d’une fille qui s’est trouvée chez elle au moment de ses couches et auquel enfant la dite déclarante a donné le prénom de PIERRE

Qu’est devenu la mère ???

Les metiers a Labrousse

 

Au travers des déclarations d’actes de naissances

La majorité de la population est de tout temps cultivateurs , souvent propriétaire de leur exploitation

En plus de l’exploitation ils étaient tisserand ou tailleur d’habits, des forgerons , maréchal ferrand , charron ,

sabotier , menuisier, charpentier , maçon , couvreur.

Des cabaretiers et aubergistes , épicier , meunier

Domestiques , journalier , métayer , fermier , servante

Laboureurs , bouviers , scieur de long

Cantonnier , employé des chemins vicinaux ,

Distributrice des postes

Les métiers itinérants des habitants de Labrousse

Chiffonier ambulant au Prat Joseph dit DELALE époux Marianne Delrieu

Chanteur ambulant à Moissac Antoine LABLANQUI époux Françoise Caire Marchande de chiffons en 1867

Il y avait aussi ceux qui travaillaient à Paris dont l’épouse venait accoucher chez ses parents

Garçon chapelier à Paris Antoine VERDIER époux Agnés Delhostal de Labrousse

Et conducteur de fiacres en 1865

Ferrailleur à Paris Antoine LOUBIERES époux Françoise Delom d’Inserres

Horloger à Aurillac Guillaume SOULHE époux Catherine Terral de Lescure

 

Les villages

Lavergne , La Vaisse , Moissac , Inserres , Comdemaury , Drulhes

La Vente , le Dat , Lescure , Fonrouge , Marso , Lasveissieres , Combret

Julhac , Prat , Fortet , Combemaury , la Chapelle ,

Les moulins de Labrousse

moulin d’Escambous , de Combret , de Lamouroux , de Julhac ,